[Rétro-gaming] Blade Runner (1997 – PC)

En 1966, sort le roman de Philip K. Dick, Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? En 1982 sort l’adaptation cultissime de Ridley Scott avec Harrison Ford dans le premier rôle qui remportera le succès qu’on lui connaît. Et donc, on en arrive à ce qui nous intéresse, 1997, la sortie de Blade Runner sur PC développé par Westwood, un point-and-click comme beaucoup de gros jeu de cette époque (Monkey Island, Les Chevaliers de Baphomet, Days of the Tentacle…)

Editeur : Virgin InteractiveBladeRunner
Développeur : Westwood Studios
Type : Aventure
Sortie France : 1997
Multijoueur : Non
Format : 4 CD-Rom

Présentation :
L’aventure se déroule en parallèle du film : vous n’incarnez pas Deckard (joué par Harrison Ford dans le long métrage), mais un dénommé Ray Mac Coy, nouvelle recrue de la brigade. Son boulot est de chasser les réplicants (Humanoïdes-Cyborg) revenus sur Terre, autrement dit c’est un Blade Runner. Alors que des rumeurs font état d’une navette de réplicants qui se serait récemment écrasée sur Terre, une animalerie vient d’être vandalisée et tous les animaux ont été massacrés. C’est là la marque des réplicants. C’est ici que l’enquête commence, et Ray Mc Coy a pour mission de « réformer » les replicants en fuite. En d’autres termes, les tuer.

blade-runner
Cinématique de folie

Graphisme : 9/10
Attention, quand le jeu sort en 1997, sa qualité visuelle est vraiment terrible. J’avais peur qu’il ne fonctionne pas sur ma machine de l’époque ou que ça rame. Et bien, non, le jeu n’était pas si gourmand qu’il pouvait le laisser croire. Comparé aux autres point-and-click de l’époque qui eux se résumaient à du dessin 2D, là, on avait un mélange de cinématique puissantes et d’environnement de jeu réaliste en 3D et riches en détails. L’ambiance glauque, sombre, oppressante immerge pleinement le joueur. Les jeux de lumières sont absolument fantastique et rendrait beaucoup de jeux actuels jaloux.

Son : 9/10
Encore une grosse raison du succès de ce jeu. L’ambiance sonore est la plupart du temps d’un calme paisible mais qui colle à cette ambiance glauque et sombre. Les bruitages sont plus que correct et les doublages bien que stéréotypé de très bonne facture. La bande-sonore est dispo ici en MP3.

blade-runner
Discutons vite, discutons bien

Maniabilité : 8/10
Blade Runner est un point-and-clic, ce qui signifie qu’il est possible de naviguer et  d’explorer à l’aide de la souris, le joueur est représenté en vue à la troisième personne. Le principal objectif est de résoudre des puzzles. Le gameplay se compose en grande partie de recherches de preuves et d’interrogatoires de suspects. La recherche d’indices est un aspect important du jeu. Le joueur doit résoudre un certain nombre d’énigmes obligatoires et trouver un certain nombre d’indices pour que le scénario progresse]. Les indices sont trouvés sur les scènes de crime, et se composent d’articles, de photographies, d’interviews, voire des marques inhabituelles. Le joueur peut également utiliser le système ESPER, un ordinateur de haute densité avec une capacité de résolution en trois dimensions très puissant. Elle leur permet de retoucher les photos, de zoomer afin de trouver des informations cruciales.

Alors que le combat n’est pas un aspect principal de Blade Runner, il est nécessaire de temps en temps. La seule arme à la disposition du joueur est un pistolet standard de la police. Les preuves recueillies sont stockées dans l’Assistant de McCoy, le KIA. Il est organisé pour faciliter la consultation. Une des fonctions du KIA est d’énumérer les scènes de crime différentes avec des suspects connus et des indices connexes. Il ya aussi des occasions où le joueur devra réaliser un test Voight-Kampff sur réplicants suspects comme dans le film. Lorsque la vraie nature de l’interrogé est déterminé, le test se termine automatiquement.  Le joueur doit alors décider quel est l’action à entreprendre. Chaque décision influencera le reste de l’histoire. (Et c’est peu de le dire)

Le pointeur est vert pour intéragir avec les objets environnant, bleu pour changer de décor et un clic droit suffit pour sortir votre arme (le pistolet hein, on est d’accord ?) et le pointeur devient alors rouge et en forme de cible. Simple mais efficace.

blade-runner
Un petit zoom et hop, on reconnaît le bonhomme

Retro : 9.5/10
Bien que les graphismes aient un peu vieilli (mais pas forcément les cinématiques), Blade Runner reste un jeu qui possède un scénario hallucinant. Mais ce qui m’a marqué , c’est qu’entre deux parties, vous ne ferez pas le même jeu. Suivant vos actions, tout peut différer. Un réplicant pourra ainsi se retrouver être humain dans une autre manche et vice-versa. La fin (ou devrai-je même dire Les) sont bluffante. Je me rappelle en avoir rêvé la nuit afin de comprendre ce qui s’était passé. Un jeu intelligent qui laisse réfléchir et si vous ne l’avez pas fait, faites-le. Surtout que rare sont les adaptations de romans ou films réussis. Celui-là en est la preuve que ça existe bel et bien. Le jeu est en abandonware ici gratuitement. Allez hop, je le relance tiens.

Je vous propose un Vidéo test trouvé des 20 premières minutes qui montre vraiment bien le début de ce jeu.

Soyez le premier à commenter

Un avis ?