20 Ans de No Limit

Voilà, il est temps pour moi de faire mon coming-out, c’est officiel, aujourd’hui, je me sens vieux ! Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui, on fête les 20 ans de la sortie d’un 45 tours (déjà les jeunes sont un peu perdu là) qui aura marqué mon adolescence No Limit des 2 Unlimited.

Quelques versions de la galette

Alors pour faire mon vieux con et parce que j’avais envie de marquer le coup, je vous propose un petit article léger sur le sujet. Personnellement, j’ai découvert ce tube pendant l’été 1993, avant de faire ma rentrée au Lycée. J’aimais déjà beaucoup tout ce qui tournait autour de ce que l’on appelait à l’époque l’Acid House (Bomb the Bass, KLF, Phuture,…) ou encore la New Beat (Confetti’s, Bassline Boys, Le Dormeur,…), sans pour autant savoir de quoi il s’agissait vraiment. Je savais juste que j’aimais bien ça et que ça m’amusait. Et donc, No Limit (avec Mr. Vain de Culture Beat, U Got 2 Let the Music de Cappella ou encore Get-A-Way de Maxx) annonçait en 1993, l’âge d’or de l’Eurodance, style de musique essentiellement destiné aux boîtes de nuit mais qui connaîtra également un succès incroyable pendant les années 90 sur les radios FM et les classements musicaux grand public.

anita

Purs produits commerciaux dans lesquels on pouvait permuter sans problèmes les interprètes et autres danseurs, les groupes d’Eurodance auront quand même permis de démocratiser un style de musique, encore underground à l’époque, qu’était la Techno, et par extension, la musique électronique. Même si on est loin de ce qu’était véritablement la Techno à ce moment là, l’Eurodance va permettre au grand public de se rendre compte qu’il y a autre chose que les rave et l’extacy autour de cette musique. Tout comme les parodies de Rap des Inconnus, Benny B, Vanilla Ice ou encore MC Hammer (Ah non, on me souffle dans l’oreillette que seul les Inconnus ne se prenaient pas au sérieux !) ont permis au grand public de se rendre compte qu’il y avait un véritable style musical qui se profilait derrière.

anitanray

Bref, pour en revenir à No Limit, c’est en effet, le morceau le plus classique qui soit en Eurodance. Formé d’un chanteur qui rappe et d’une chanteuse qui bouge son boule en chantant le refrain à tue-tête (ce qui a d’ailleurs tendance à littéralement te tuer la tête), on alterne les mélodies répétitives au synthé, on suit le beat tournant autour de 140BPM, avec les petites montées et les coupures brutales qui vont bien, et surtout on chante des paroles souvent sans queue ni tête mais simples à retenir (on sent l’influence de l’école Italo-Disco derrière, quand même hein… souvenez-vous Boys Boys Boys de Sabrina, Tarzan Boy de Baltimora, tout ça, tout ça.). D’ailleurs, les têtes d’affiches n’étaient pas toujours les interprètes, tout comme à l’époque des Milli Vanilli ou des débuts de Technotronic. Mais on s’en foutait nous, on se branchait sur M40 pour écouter Maxi Dance ou Tous en Boite avec Pascal Rémi (l’ami des pissenlits) et découvrir toujours plus de groupes et de styles obscurs au milieu des productions grand public.

anita2

Avec No Limit, les 2 Unlimited n’en étaient pas à leur premier essai, ils avaient déjà des tubes pleins les poches, devenus aujourd’hui des classiques, comme Get Ready for This! (que tout fan de NBA connait déjà) ou Twilight Zone, mais No Limit va atteindre une universalité qui va traverser le globe, de l’Europe aux Etats Unis, en passant par le Japon. Tout le monde à déjà entendu, au moins une fois, ce tube, comme Pump Up The Jam de Technotronic ou Think About the Way d’Ice MC (Merci Trainspotting). Et puis, il a connu moult remix et reprises. Je vous en ai d’ailleurs fait une petite sélection ci-dessous.

2unlimited

Quant aux paroles, c’est quand même du lourd, et ça a toujours son petit effet au Karaoke (Aaah, souvenirs du Japon !), voyez vous même la force de ces dernières :

No no limits, we’ll reach for the sky!
[Non pas de limite, nous toucherons le ciel !]
No valley to deep, no mountain to high
[Pas de vallée trop éloignée, pas de montagne trop haute]
No no limits, won’t give up the fight
[Non pas de limite, nous n’abandonnerons jamais]
We do what we want and we do it with pride
[On fait c’qu’on veut et on en est fier]

Si c’est pas beau ça, hein, une ode à l’hédonisme, en quatre vers. Prends ça Epicure !

Hard to the core, I feel the floor.
[Encré au coeur, je sens le sol.]
When I’m on stage, yo, ya answer more.
[Quand j’suis sur scène, yo, t’en demandes encore.]
I’m on the edge, I know the ledge,
[J’suis juste au bord, J’connais le rebord,]
I work real hard to collect my cash!
[J’travaille dur pour gagner mon fric !]
Tick tick ticka tick take your time,
[Tic tic tic tic tac tac, prends ton temps,]
When I’m goin’ I’m goin’ for mine.
[Quand j’y vais j’y vais quand j’veux.]
Open your ears and you will hear it.
[Ouvre grand tes oreilles tu vas l’entendre.]
I tell you this ’cause there’s no limit!
[J’te dis ça parce qu’y a pas de limite !]

Alors ici, ce que Ray essaye de nous dire c’est que… comment expliquer ça… Y’a pas de limite, et lui il se fait de la thune en te l’expliquant. C’est une sorte de thérapeute saltimbanque quoi !

No limits allowed, cause there’s much crowd,
[Pas de limite autorisée, parce qu’y a trop d’monde,]
Microphone check as I choose my route.
[Je vérifie le son en choisissant mon chemin.]
I’m playing on the road; I’ve got no fear,
[Je joue sur la route, j’ai pas peur,]
The south from my mouth is the rap you hear.
[L’accent du sud c’est le rap que t’entends.]
No valley too deep, no mountain too high.
[Pas de vallée trop éloignée, de montagne trop haute.]
Reach the top, touch the sky!
[Atteins le sommet, touche le ciel !]
They tried to diss me cause I sell out…
[Ys ont essayé d’me ridiculiser parce que je cartonne…]
I’m making techno and I am proud!
[J’fais d’la techno et j’en suis fier !]

Bon là, il se fout un peu de notre gueule, quand même, il faut bien le dire. Genre, j’me la pête, j’suis meilleur que toi et je sais ce que je fais… c’est sûrement pour ça que le groupe deviendra un duo de filles en 1998. Ceci dit, Ray & Anita ont repris du poil de la bête et on espère les revoir un peu partout, très bientôt.

Bon allez, sur ce, je vous laisse avec ma petite cassette, d’une sélection de remix officiels, suivie de reprises diverses et variées de ce tube interplanétaire. Et n’oubliez pas, il n’y a pas de vallée trop éloignée ou de montagne trop haute !!!

Version Bubblegum Teen Pop Allemande par beFour

Version House Ragamuffin par Sean Paul & Bob Sinclar

Version Ska par Feine Sahne Fischfilet (Groupe Allemand)

Version Croate par Vatrogasci

Version Serbe, avec un peu de tuning dedans, par Ivan Gavrilovic

Version Schtroumpf Party (Spéciale cacedédi à mon p’tit frère)

Version Punk par Charta 77 & Köttgrottorna (Groupes Tchèques)

Version Metal par Chaoswave (Groupe Italien)

Version acoustique par Gin Ga (Groupe du Bénélux)

Version 8bit/Chiptune

Version jeu vidéo dans Just Dance 3 d’Ubisoft

.

2 Comments

Un avis ?

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.