[Test] Dishonored 2 (PS4)

Suite du primé Dishonored, un jeu à la première personne à la croisée des genres action et infiltration se déroulant dans un univers steampunk uchronique. Dans Dishonored 2, pouvoirs, assassinats, complots, furtivités sont au programme.

Editeur : Bethesda Softworksdishonored-2
Développeur : Arkane Studios
Sortie France : 11 Novembre 2016
Genres : Action – FPS – Infiltration
Thème : Steampunk
Classification : +18 ans
Mode : Jouable en solo

L’histoire se déroule 15 ans après les événements du premier opus. Delilah, la tante d’Emily vient usurper le trône. Elle est dotée de grands pouvoirs et d’alliés puissant. Le joueur a la possibilité d’incarner Corvo Attano, le protagoniste du premier opus, ou Emily Kaldwin, la fille de l’Impératrice du premier jeu (et fille de Corvo) afin de rétablir l’ordre dans le royaume. Et pour celà, il va falloir enquêter sur cette soi-disante tante, son passé et éliminer ses complices.

Du coup, un fois le scénario lancée, on va vous demander de choisir entre Emily et Corvo. Soit vous reprenez vos bonnes habitudes en choisissant l’ex-héros de Dishonored 1 soit vous tentez de jouer sa fille Emily. Les deux ont quelques aptitudes différentes mais rien de notoires (juste quelques pouvoirs et dialogues).

On vous donne aussi la possibilité d’aborder le jeu sans pouvoirs. Adepte de challenges ardus, ce jeu peut être fait pour vous. Vous pouvez aussi faire le jeu sans tuer personne. C’est vraiment le jeu qui pour moi amène le sens de la furtivité au plus haut. Après, le vouloir est une chose, le faire en est une autre. Personnellement, j’essaye d’être le plus discret possible et je me finis presque toujours par tuer tout le monde… Mais pourtant, j’essaye 🙂

Ce qui fait aussi le charme de cette licence, c’est que vous pouvez aborder vos missions de différentes manières et par divers chemins. Les lieux sont immense et il y une tonne de bonus à découvrir pour améliorer vos pouvoirs, vos armes ainsi que des lettres, livres à découvrir pour en apprendre plus sur votre univers.

Pouvoirs et Puissances

Concernant les pouvoirs, il y en a beaucoup à débloquer. Du clone que vous pourrez envoyer pour distraire vos ennemis au clignement qui vous permet de vous téléporter de quelques mètres en passant par la vision des ténèbres qui vous fera voir à travers les murs sans compter les transformations dans le corps d’animaux etc… Les pouvoirs à débloquer sont nombreux, mais pour cela, il vous faudra trouver les runes cachés dans des recoins parfois très compliqué à trouver. Les levels designers s’en sont donné à coeur joie encore cette fois. Exemple : J’ai passé plusieurs dizaines de minutes à chercher comment aller dans une cave. En fait, il fallait aller en haut de la tour, appeler l’ascenseur, aller encore au-dessus pour couper les cordons de l’appareil. Du coup, il tombe et crée un trou au fond. Sauter et finissez dans la cave pour trouver bonheur. Bref, c’est parfois alambiqué. Mais c’est tellement agréable quand on trouve une façon détourné de réaliser son objectif. Autre exemple : Trouver et éliminer le professeur Jindosh. En fait, plutôt que de le tuer avec mon épée, je l’ai assommé et posé sur sa chaise à électrochoc puis paf : Grillade de neurones sans le perdre.

Parmi tout ça, vous aurez souvent à accomplir des objectifs annexes : Trouvez une boutique clandestine, vandalisez la boutique, sauvez tel personnage. Elles se déclencheront suivant vos actions, vos discussions avec des PNJ etc… L’univers est riche et fourmille de détails. Il y a encore cette fois un énorme boulot. Même l’IA a profité de ses améliorations et du coup, le jeu est beaucoup plus difficile que dans l’opus précédent. On rage du coup assez souvent quand on meurt. Surtout que le rechargement semble parfois interminable….

Patience

La durée de vie doit approcher les 15-25h de jeu selon votre façon de jouer pour un premier run. Le scénario n’est pas vraiment le point fort du jeu et on reste très proche du premier Dishonored en beaucoup de points de vue. Malgré ça, son côté furtif, ses missions et ses villes/manoirs parfois immenses en font un jeu original et prenant. Et même fini, on a envie de recommencer avec une autre manière de jouer. Une belle réussite. (Et bon courage à ceux qui se lanceront comme objectif d’avoir « aucune détection, aucun meurtre » de coché à chaque fin de mission).

Ma note : 8.5/10

Soyez le premier à commenter

Un avis ?