[Test] Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia (3DS)

Fire Emblem est une vieille série qui a vu le jour sur Famicom (la Nes au Japon) en 1990 mais qu’on a vu relativement tard dans nos contrées européennes puisque Intelligent Systems a attendu les versions Game Boy Advance pour les sortir en Europe un peu avant 2005. Quant à moi, j’ai découvert la série sur la version Game Cube (2005-2006) et j’ai tout de suite accroché à ce gameplay particulier qui m’était encore inconnu : le tactical-RPG. Avant de rentrer dans les détails, il faut savoir que ce Fire Emblem Echoes : Shadows of Valentia n’est pas un nouvel opus de la série mais un remake du jeu sorti sur Famicom en 1992 au Japon (second épisode de la série) et cette information aura son importance un peu plus loin dans le test.

Le jeu est toujours développé par Intelligent Systems et édité en Europe par Nintendo. Il est disponible depuis le 19 mai 2017 sur 3DS (et 2DS) en version démat’ et en version boîte pour 35 euros environ.

Comme indiqué en intro, il s’agit d’un tactical-RPG dans un univers médiéval-fantastique dans lequel on contrôle notre troupe de guerriers qu’on envoie en escarmouche sur une zone quadrillée avec des combats au tour par tour. Chaque unité a ses caractéristiques propres et pourra évoluer au fur et à mesure des combats avec de l’XP.

Ce qui a fait la renommée du jeu est bien évidemment présent, je veux bien sûr parler de la mort permanente de nos unités lorsqu’elles tombent au combat (en tout cas en mode classique) et comme je n’aime pas perdre d’unité, je recommence souvent la bataille même si c’est pas spécialement rôleplay… Il y a quand même quelques endroits où l’on peut ressusciter quelques personnages au cas ou.

Pendant les combats, la stat d’attaque marche pour le physique et le magique mais il faut faire attention aux stats défensives si on ne veut pas se faire one shot une unité avec la défense pour le physique et la résistance pour le magique. On utilise également des faiblesses avec des unités volantes faibles face aux archers et des unités en armure faibles à certaines compétences.

C’est la base du gameplay, il manque donc pas mal de fonctionnalités (vu que c’est un remake) comparé au précédent opus ; pas d’attaque en duo même si les relations sont toujours présentes mais sans importance, pas de triangles pierre-feuille-ciseaux qui régissent tous les affrontements (épée>hache>lance>épée).

Les armes n’ont pas de durabilité (et ça c’est cool de ne pas être obligé de faire gaffe quant à l’utilisation de nos meilleures armes) mais les personnages n’ont qu’un seul emplacement d’inventaire, il faut donc bien choisir et si l’on prend un bouclier, notre épée sera forcément l’épée de base ; à force d’utiliser ces objets spéciaux, l’unité pourra débloquer des compétences liées à l’objet en question. Concernant les tomes de magie, ils ne consomment pas de points de magie car il n’y a pas de jauge pour ça, on utilise donc ses points de vie pour lancer les sorts.

Petite nouveauté, on a droit à de l’exploration de donjon en mode jeu d’action, c’est plutôt sympa et ça permet de changer un peu de gameplay pour partir à la recherche de trésors et il faudra faire attention de ne pas trop s’épuiser si on ne veut pas que nos unités sortent du donjon à cause de la fatigue (on peut toujours les nourrir pour effacer cette fatigue).

Visuellement le jeu n’est pas ouf mais reste correcte pour de la 3DS, on a même droit à quelques scènes en animé bien sympathiques. Le chara design des personnages est plutôt réussi même si la plupart sont très archétypaux mais on a l’habitude dans les RPG japonais. Petit point négatif, le doublage des voix est uniquement en anglais (pas de japonais donc) sous-titré français.

On dirigera 2 troupes distinctes sur la carte du monde, l’une emmenée par Alm et l’autre par Celica. Ils n’auront de réel contact qu’une seule fois avant que leurs chemins ne partent dans des directions opposées mais complémentaires. Et l’on suivra le destin des 2 héros comme bon nous semble puisque que l’on pourra faire avancer les troupes comme on le souhaite. Le scénario est classique, c’est la guerre entre 2 pays et nos héros vont devoir y mettre fin.

Le jeu a une durée de vie beaucoup moins importante que Fire Emblem Fates, comptez une quarantaine d’heures en prenant votre temps. Plus facile que la moyenne de la série, le jeu propose quand même quelques défis à ne pas négliger.

——————————————————————-

En bref, un remake de qualité dans une formule un peu simplifiée mais efficace tout de même, Fire Emblem Echoes est pour moi une bonne surprise et reste avec sa formule le meilleur du tactical-RPG (en dessous de l’opus précédent tout de même). Ses campagnes parallèles avec Alm et Celica que l’on fait avancer comme bon nous semble est plutôt une bonne idée. Du coup, pour moi 8/10.

 

Soyez le premier à commenter

Un avis ?